• Nos projets

    General Radetsky goes Cuckoo

    Edward Michaelson « Un soir de beuverie, Johann Strauss a préféré composer cette marche plutôt que d’aller dormir. Il aurait mieux fait de choisir la nuit de repos. »  Un gros délire composé par Edward Michaelson en hommage à la Marche de Radetzky et sous titré « with apologies to Johann Strauss » Notre interprétation lors du concert de Printemps 2015 :

  • Nos projets

    American Patrol

    Frank White Meacham On connaît la version swing, un des airs emblématiques de Glen Miller, sortie à bon escient en pleine Seconde Guerre mondiale. Mais il y a beaucoup plus à trouver dans la marche originelle, dans laquelle le thème bien connu alterne avec des extraits de chants patriotiques : Columbia, the Gem of the Ocean, hymne américain virtuel (il n’y en avait pas d’officiel) au début du XXe siècle, et I wish I was in Dixie, ci-devant hymne des Confédérés. C’est une fameuse prouesse qui est demandée là aux Bois, qui jouent « le chant » (la mélodie principale), car les doubles croches attaquent de toutes parts. Colle n°1 : que fait la…

  • Nos projets

    Anything Goes

    Cole Porter Quand j’étais gosse, la RTB avait programmé une émission musicale : « Les airs de Cole Porter ». N’en ayant jamais entendu parler, j’ai demandé à mon père : – C’est quoi, Coleporteur ? – C’est quelqu’un qui va vendre des marchandises chez les gens plutôt que dans un magasin. – Ah, et il joue de la musique ??? Parmi ces airs, le sympathique Anything goes , l’air-vedette de la comédie musicale du même nom, un pamphlet contre les moeurs de la haute chocheté. Nous interprétons ce ragtime deux fois, calme puis presto, avec des impressions musicales très différentes.

  • Nos projets

    Orion

    Jan van der Roost Orion a-t-il offensé les dieux par sa hâblerie, s’est-il attiré les foudres d’Artémis ou s’est-il intéressé de trop près à elle ? Les versions mythologiques divergent. Ce qui est clair, c’est qu’un scorpion géant le tua, que ses chiens le pleurèrent, et que tout ce beau petit monde fut envoyé au Ciel, les deux chiens près d’Orion et le Scorpion à l’opposé pour ne plus lui nuire. D’où quelques-unes des constellations les plus remarquables. Cette triste histoire a inspiré une marche solennelle, de style maure, très impressionnante. Un morceau  évidemment indispensable pour le concert « étoilé ».